Combien vaut une journée de travail pour free lance?


Véronique Maurice - Entrepreneuse, Expert Comptable

Combien vaut une journée de travail pour free lance ?

Pour déterminer votre taux journalier moyen (TJM), vous avez deux choix: regarder ce que font vos confrères et consœurs free lance et vous aligner en fonction de la qualité de votre travail et de votre expérience; ou déterminer ce que vous voulez gagner et calculer ce que vaut une journée de travail.

Pour le calculer, il faut commencer par vous demander combien de jours vous voulez travailler par semaine. Si vous voulez travailler 5 jours par semaine, cela donne 250 jours par an, 20 à 21 jours environ par mois).

Bien, maintenant, déduisez tous les jours ou vous ne travaillerez pas parce que vous serez malade ou en vacances. Faites vos petits calculs et vous tomberez sur votre nombre de jours de travail annuel. En règle générale, on arrive à 210-250 jours par an.

Une partie de ce temps de travail (en général entre 25 et 50%) devra être consacrée à des taches périphériques: administratif, prospection, formations, etc. Il est admis qu’un free lance ne peut donc travailler sur ses missions que 120 à 145 jours par an (10 à 15 jours par mois). Vous obtiendrez alors le total de vos journées facturables.

Combien vaut une journée de travail pour un freelance

Les coûts dissimulés d’une journée de travail, que vaut elle?

Faites ensuite le point sur vos coûts d’exploitation: impôts et cotisations sociales, abonnement internet, forfait de téléphone, hébergement de votre site web, fournitures de bureau, formations, voyages et déplacements professionnels, frais bancaires, primes d’assurance, location de bureau, etc. Si vous êtes auto-entrepreneur, l’administration part du principe que 22,90% de votre revenu servira à couvrir ces frais d’exploitation.

Travailler en free lance peut être grisant quand on perçoit en quelques jours plus qu’un SMIC. Mais attention à l’effet d’illusion, les jeunes indépendants oublient bien souvent un paramètre essentiel: la trésorerie!

N’oubliez pas que les clients vont et viennent et qu’il faudra survivre en période creuse. Pire, vos compétences pourraient devenir dépassées, le marché pourrait ne plus avoir envie de vous, bref, vous n’êtes pas à l’abri de devoir faire face à des temps difficiles.

Et puis il y a les impôts ou les URSSAF qui arrivent toujours au mauvais moment. Attention à ces organismes qui se trompent régulièrement et peuvent vous demander de payer en quelques semaines des sommes astronomiques. Comme c’est bien connu, vous ne pourrez contester qu’après avoir payé, préparez vous un beau matelas avant de vous rémunérer.

Démonstration de la méthode du travailleur free lance

Si vous venez de commencer, habituez vous à l’idée que 50% de vos revenus serviront à couvrir vos frais professionnels, payer vos futurs impôts et créer une trésorerie. Vous pourrez estimer plus correctement vos frais après plusieurs mois à suivre et comptabiliser vos dépenses.

Ajoutez à ce montant et vous obtiendrez le montant total de vos coûts d’exploitation. Divisez le total de vos coûts d’exploitation par votre nombre de journée de travail facturables et vous obtiendrez votre TJM. Vous avez compris la leçon? Passons à l’exercice!

Vous souhaitez travailler à temps plein et prendre à 6 semaines de vacances ou congés maladie. Vous aurez alors 52 semaines – 6 chômées = 46 semaines travaillées, ce qui vous donne 230 jours de travail annuel. Cependant, vous savez que 40% de votre temps sera dédié à des taches périphériques, vous ne pourrez donc facturer que 60% de ces 230 jours. Ce qui vous donne 138 jours par an.

Si vous voulez gagner 3000€ net par mois et que vous partez du principe que vos charges d’exploitation et de création de trésorerie s’élèveront à 50% de votre résultat, soit 1500€, vous allez devoir viser les 4500€ par mois, soit 54000€ par an. Il ne vous reste alors plus qu’à diviser ce montant par le nombre de jours facturables: 54 000/ 138 = 391 € par jour. Une journée de votre travail en free lance vaut 391€.

Et voila! Tout de suite on comprend beaucoup mieux pourquoi les prix journaliers sont si élevés.

Combien vaut une journée de travail pour un freelance

Le TJM – Comment vendre votre journée de travail?

Calculer son TJM, c’est bien, réussir à le vendre c’est mieux!

Vous avez calculé vos besoins, vous pensez avoir besoin de 40 € par jour? Mais est ce un montant raisonnable pour vos clients?

Le mieux, c’est d’aller vérifier ça sur des sites de free lance comme Malt.fr et Upwork. Sélectionnez les indépendants qui ont un profil similaire au vôtre et comparez leur TJM à leur formation, lieu de résidence et nombre d’années en free lance.

A partir de la, pourquoi ne pas mettre un tarif journalier inférieur à ceux de vos concurrents et concurrentes? Cela vous permettra de tester le marché et les demandes. Attention; on parle ici de concurrents ayant votre niveau d’expertise. Si vous avez déjà connu une longue vie professionnelle avant votre reconversion en free lance, ne réduisez pas trop votre tarif, cela renverrait une image négative. Cela doit rester très exceptionnel et uniquement pour obtenir les premières missions. Une fois lancé, évitez à tout prix de descendre vos TJM!

Petit conseil: Commencez avec un TJM faible: 300€ c’est pas mal, en dessous ça  ne fait pas sérieux (sauf si vous êtes étudiant). Et chaque année, augmentez de 50€ par jour. Vous arrêterez au moment où vous verrez baisser le nombre de demandes que vous recevez.