Le build-up – Comment et pourquoi emprunter en start up ?


Véronique Maurice - Entrepreneuse, Expert Comptable

Le Build-up. De l’intérêt et de la manière d’emprunter.

Comment et pourquoi emprunter?

Au devant des énormes levées de fonds de certaines start ups, certains éléments de question se posent. Comment font ils pour réunir autant d’investissements et surtout pourquoi emprunter de telles sommes? Quelle est leur utilité? Dans la plupart des cas, le financement oeuvre à l’accélération de la croissance. Sous un autre angle de vue, cela consiste à vivre et agir comme on souhaiterait se placer dans un an. Attention cependant à bien faire la différence entre les approches de croissance financées et celles de croissances rentables. De plus en plus de start up préfèrent financer leur propre croissance sans recourir à de nouveaux emprunts et à la stratégie de build-up. Ceci afin de stabiliser son modèle économique au lieu de croître à n’importe quel risque.

Faire le choix de stabiliser son modèle économique plutôt que d’aller vers une croissance extensive au moyen de gros coup de fonds relève d’une prise de position originale mais réfléchie. Il est vrai qu’il parait plus simple de recourir à quelques emprunts afin de stimuler la croissance. Mais cela ne sert à rien d’aller chercher plus de croissance si c’est pour perdre sa rentabilité et son image au passage. Une croissance organique et raisonnée permet justement de ne pas avoir à sacrifier son âme au profit d’une croissance plus importante.

Les sommes dégagées des emprunts sont cependant une source non négligeable.

Avec la source de revenu organique et externe, vous devez couvrir vos dépenses actuelles, comme futures. Dans l’idéal, 80% de vos dépenses seront couvertes par votre organique, le reste dépendra donc de votre volonté à accélérer. Vous devrez donc équilibrer vos dépenses pour grandir, ramener des clients pour continuer à croître; et chercher du financement pour passer des caps.Le Build-up. De l'intérêt et de la manière d'emprunter.

Passage de caps

Passer des caps dans une entreprise qui grandit, cela revient à gravir un escalier. On aurait pu prévoir chacune de ces marches, qui constituent des phases clés logiques dans la montée en puissance de l’entreprise. Par exemple, une fois qu’une entreprise a réussi à conquérir un marché de taille suffisante, elle a tout intérêt à chercher à rentabiliser son affaire. C’est à dire de réaliser des économies sur le marché déjà conquis afin de s’assurer une stabilité dans le temps.

Financer des caps, cela peut se traduire dans des opérations de croissance externe et de build-up comme par exemple l’acquisition de concurrents. C’est le bon rapport entre phases de croissance organique et d’acquisition qui permet de passer des caps et ainsi de propulser l’entreprise vers l’hyper croissance. Cependant ces stratégies ne correspondent pas forcément au start-ups qui prennent plus de risques et risquent d’y perdre en autonomie.

Le scénario classique de la start up française: s’adapter, scaler, s’exporter aux US, se faire racheter 3 ans après. Nos petites start ups françaises ne peuvent évoluer seulement par leurs propres fonds face aux géants internationaux, sans faire un minimum de build-up.