Seuil de rentabilité – Lequel choisir et le calculer


Véronique Maurice - Entrepreneuse, Expert Comptable

Saviez vous qu’il existe 2 types de seuils de rentabilité et autant de méthodes pour les calculer ? On l’appelle le seuil de rentabilité comptable et le seuil de rentabilité financière. Et bien, c’est le moment de le découvrir pour mener à bien vos estimations dans votre entreprise.

Seuil de rentabilité comptable vs Seuil de rentabilité financier

Le seuil de rentabilité est appelé de différentes façons : « point mort » ou « break-even point » à la mode anglo-saxonne. De quoi s’agit il ? C’est très simple : c’est le montant de chiffre d’affaires minimal à atteindre pour que l’entreprise fasse correspondre le montant de ses charges avec ses produits. En dessous de ce seuil, l’entreprise a un résultat négatif. Au dessus, elle a un résultat positif. Il s’agit donc d’un élément important à connaître au sein de l’entreprise.

Seuil de rentabilité comptable : c’est quoi ?

Pour  calculer le seuil de rentabilité comptable, il convient de connaître son taux de marge et ses charges fixes. Ces dernières étant constituées généralement des charges externes (location, assurances, …) mais également des charges de personnel ou des charges financières. Mathématiquement, le ratio est le suivant : Charges fixes / Taux de marge.

Illustrons cela par un exemple. Une société de négoce possède les caractéristiques suivantes :

  • charges fixes annuelles de 100 000 € incluant tout (y compris les dotations aux amortissements de 5 000 €),
  • taux de marge de 20 %. Cela signifie qu’en vendant 120 euros TTC, soit 100 euros HT, la société réalise 20 euros de marge brute.
  • Donc pour couvrir les 100 000 € de charges fixes, la société devra réaliser au moins 500 000 euros de chiffre d’affaires HT pour être à l’équilibre. On obtient ce calcul en faisant l’opération suivante :
    • 100 000 € / 20% égal à 500 000 €.

La plupart des articles économiques font référence au seuil de rentabilité comptable, à savoir un seuil qui fait correspondre les produits comptables avec les charges comptables. Pourquoi ? Parce que le calcul est beaucoup plus aisé tout simplement.

Cependant, il en existe un autre ratio plus complexe, mais également plus juste, à savoir le seuil de rentabilité financier. Ce dernier fait correspondre les rentrées d’argent avec les sorties d’argent.

seuil de rentabilité comptable

Seuil de rentabilité financier : Quelle différence ?

Le seuil de rentabilité financier est donc différent. Il ne tient pas compte des dotations aux amortissements. Mais il inclut les remboursements d’emprunt.

Illustrons cela par le même exemple que le précédent. La différence va être à un double niveau. Tout d’abord, on enlève les charges comptables qui ne sont pas des sorties réelles d’argent comme les dotations aux amortissements. Mais on tient compte également des remboursements d’emprunt.

  • charges fixes annuelles de 100 000 € incluant les 5 000 € de dotations aux amortissements, ce qui revient à une sortie décaissable financièrement de 95 000 €,
  • taux de marge de 20 %,
  • remboursement de l’emprunt annuellement (hors charges financières déjà incluses dans les charges fixes) : 20 000 €,
  • Donc, pour atteindre le seuil de rentabilité, il faut avoir un chiffre d’affaires minimal de :
    • (95 000 + 20 000) / 20 % égal à 575 000 €. En d’autres termes 75 000 € de plus de chiffre d’affaires minimal à obtenir par rapport au seuil de rentabilité comptable.

Seuil rentabilité en conclusion

Les enjeux du seuil de rentabilité sont importants. En effet, il permet de faciliter les décisions de lancement d’un produit en apportant un autre éclairage.

Pour conclure, nous vous aidons à calculer à travers ce fichier Excel. A vos calculettes ou plus exactement à votre ordinateur !