Capital d’une SCI — Capital fort ou capital faible


Véronique Maurice - Entrepreneuse, Expert Comptable

Quel capital SCI ?

quel montant de capital sci ? Avant tout, la société civile immobilière est un outil juridique multifonctionnel particulièrement apprécié en France. En effet, la SCI sert à la détention, la gestion de biens immobiliers mais également la transmission. Alors quand arrive la question du capital d’une SCI, les opinions divergent : un capital fort ou un capital faible ?

Rappel du contexte d’une SCI

Une SCI est un contrat passé entre plusieurs associés afin de gérer un ou plusieurs biens immobiliers. Cela se matérialise par des statuts d’où l’importance de ne pas faire n’importe quoi lors de l’élaboration de ceux-ci.

Donc en revenant sur la gestion de l’immobilier, la SCI commence par acquérir généralement un ou plusieurs biens immobiliers pour les louer ensuite. Cela peut être une location nue ou meublée. Le bail de location peut être :

  • d’habitation (un particulier qui habite),
  • commercial (location à un commerçant),
  • professionnel (un médecin par exemple),
  • agricole (un éleveur par exemple).

capital sci

Le capital d’une sci est fonction du souhait des associés

Il n’y a pas de capital minimum pour une SCI, ni de capital maximum. Il peut même ne pas être libéré, c’est à dire que les associés versent zéro au moment de la constitution de la société civile immobilière. Dès lors, il est tentant de faire un très gros capital, histoire d’impressionner ses proches. Est ce une bonne idée ?

Avantage d’une SCI à capital fort

La question se pose lors d’un apport financier important par les associés. En effet, il y a 2 façons de déposer de l’argent personnel dans une SCI : l’apport en compte courant ou en capital. La première option consiste à verser de l’argent dans la SCI en contrepartie de l’inscription sur un compte courant d’associé dans la comptabilité de la société. Quand la SCI aura de l’argent disponible, elle pourra ensuite le rembourser auprès de l’associé. Seul bémol, cela peut prendre un certain temps. Hors le problème majeur réside dans l’ISF. Les comptes courants rentrent systématiquement dans la base de l’ISF à la différence du capital qui dans certains cas ne rentrent pas.

Avantages d’une SCI à capital faible

Un gros capital et une absence de versement d’argent de la part des associés constituent le majeur problème. En effet, si votre SCI opte pour l’impôt sur les sociétés, elle ne pourra pas dans ce cas bénéficier du taux d’impôt sur les sociétés à taux réduit. Coût de l’opération : vous pouvez perdre jusqu’à 7.000 euros par an et par SCI.

Enfin, un capital faible est souvent préféré quand la société est envisagée comme moyen de transmission patrimoniale.

Et pour finir, nous vous précisons pourquoi il est utile de libérer le montant du capital social.