Comment réagir face à des insultes de la part de votre salarié ?


Véronique Maurice - Entrepreneuse, Expert Comptable

Comment réagir face à des insultes de la part de votre salarié ?

Il s’agit d’une question épineuse. Comment réagir face à des insultes de la part de votre salarié ? La plupart des employeurs engageront directement un licenciement disciplinaire, sans se poser de questions. Cependant, il est primordial de s’interroger auparavant : les faits d’insultes sont-ils commis durant le temps et sur le lieu de travail ?

 

Réponse 1 : Les faits sont commis durant le temps et sur le lieu de travail

En principe, vous considérez que votre salarié a commis une faute dans le cadre de son travail, le licenciement disciplinaire peut alors être engagé. Mauvais réflexe !

Sachez qu’il n’y a aucune égalité dans l’insulte : tout est du cas par cas.

On peut ainsi remarquer que :

  • le « merde » n’est plus considéré comme une insulte. Par conséquent, une sanction disciplinaire est plus opportune qu’un licenciement.
  • pour un salarié ayant un pouvoir hiérarchique ou un cadre, l’insulte est beaucoup moins admissible voire pas du tout
  • selon le domaine d’activité, tel que les entreprises de transports routiers ou dans le milieu du BTP, des mots crus sont admis et les salariés ne pourront se faire licencier pour ces propos.

Si vous choisissez de licencier votre salarié pour insultes, surtout armez-vous ! Préci

 

sez au maximum les propos tenus, c’est-à-dire écrivez-les, caractérisez-les, détaillez-les, datez-les et faites attester des personnes témoins de ces propos injurieux.

insultes de la part de votre salarié

 

Réponse 2 : Les faits ne sont pas commis durant le temps et sur le lieu de travail

Les juges (Cass. Soc. 8 octobre 2014) réaffirment leurs positions : lorsque les insultes sont tenus hors temps et lieu de travail, mais se rattachent à la vie professionnelle du salarié et à l’entreprise, le licenciement disciplinaire est possible. Par exemple, si vous avez organisé une sortie entreprise pour la cohésion de groupe et que l’un de vos salariés vous insulte à cette occasion, le licenciement disciplinaire reste autorisé, sous réserve de ce qui a été précisé ci-dessus.

Dans le cadre d’insultes par votre salarié sur les réseaux sociaux, cela est plus complexe et la question n’est pas encore clairement tranchée par les juges. Pour l’instant, notre conseil : veillez à ce que les propos injurieux n’aient pas un caractère privé avant de licencier. Par exemple : a un caractère privé, une insulte sur une discussion ouverte qu’à un nombre restreint de personnes.