Free-lance : quelques notions de base


Patrick Maurice - Entrepreneur, Expert Comptable, Commissaire aux Comptes

Le Free-lance : quelques notions de base

Vous vous intéressez dans la free-lance ?  Bravo ! Désormais, il est grand temps se renseigner pour qu’aucune surprise ne vienne troubler vos débuts d’activité. Dans cet article, revenez avec easyCompta, votre expert-comptable, sur les questions essentielles administratives et fiscales.

Le bon vocabulaire

Un nouveau point important est à mettre en évidence depuis janvier 2016, la dénomination « auto-entreprise » a ainsi été remplacé par « micro-entreprise ». Dorénavant, nous parlerons donc de « micro-entrepreneur » et non plus d’ « auto-entrepreneur ».

D’autre part, nous rappelons qu’une entreprise repose sur 3 socles :

  Le statut juridique : la forme juridique de votre entreprise (EI, société, association, …).

  Le régime fiscal : les règles fiscales auxquelles votre entreprise est soumise. A noter que certains statuts juridiques conditionnent le régime fiscal.

  Le régime social : pour les indépendants, le régime social des indépendants est imposée et se nomme RSI.

Attention : le statut d’auto-entrepreneur n’existe pas ! Il s’agit, en réalité, d’un régime fiscal et social particulier et non pas d’un statut juridique.

Free-lance

Quel cadre juridique et fiscal pour la free-lance ?

Pour mémoire, les professions libérales réglementées (médecin, avocat, …) ont un statut juridique imposé par la loi. Les professions libérales non réglementées (celles en question ici: coach, consultant, professeur particulier, etc…) sont ainsi libres de choisir leur statut.

C’est justement cette liberté qui vous angoisse ? Mais lequel choisir par tant de choix de statuts ? C’est avec nous easyCompta, expert-comptable à Lyon, que vous allez faire les bons choix pour votre entreprise.

Les critères à prendre en compte au moment de choisir son statut juridique et son régime fiscal :

  Tout d’abord, votre projet et la nature de votre activité,

  Le nombre de personnes (seul ou associé ?),

  Vos frais de fonctionnement (location d’un local, matériel, déplacement, …),

  Vos prétentions de revenus,

  Le taux d’imposition,

  La lourdeur administrative,

  Vos droits aux prestations sociales (RSA, CAF, Pôle emploi) qui peuvent être abaissés voire supprimés selon vos revenus,

 Enfin, votre situation (célibataire, en couple, en famille) et de combien de personnes vous devez couvrir en termes de Sécurité sociale, mutuelle…