Immobilisations ou charges ?

Article

Fiscal

du par Guillaume Paour

Immobilisation ou charges ?

Vous allez réaliser du bénéfice ? Vous vous posez la question de savoir si vous devez investir pour diminuer le résultat. Voyons ce point.

Tout d’abord, un investissement  constitue un nouvel élément dans l’actif de votre entreprise. En effet, il est destiné à y rester durablement. Ces immobilisations peuvent être soit des biens corporels (comme une machine) ou incorporels (comme un logiciel). Avec le temps, l’immobilisation se déprécie et fait donc l’objet chaque exercice, d’un amortissement afin de constater cette perte de valeur. Le montant de l’amortissement est fonction de la durée de vie économique du bien. Cet amortissement va venir en déduction du résultat imposable au fur et à mesure. Ainsi un bien une voiture de 10 000 euros qui serait amorti sur 5 ans donnerait chaque année une dotation aux amortissements de 2 000 euros et réduirait le résultat d’autant.

Immobilisation ou charges

Par ailleurs, l’administration tolère une inscription en charges des biens de moins de 500€ HT. Ces biens sont alors déductibles en totalité du résultat, l’année de l’acquisition. Cela concerne par exemple, les matériels et outillages, le petit outillage à main, les matériels et mobiliers de bureau ainsi que les logiciels. Attention cependant lors de la création d’un nouvel établissement. Dès lors, pourquoi est-il important de distinguer les immobilisations et les charges ? La première incidence est l’impact sur le résultat imposable. L’immobilisation n’impacte le résultat que sur plusieurs années alors qu’une charge vient déduire immédiatement le résultat.

De plus, le choix de la durée d’amortissement est encadré. En cas de durée trop longue ou trop courte, l’administration fiscale peut effectuer un redressement.

Pour conclure, vous pouvez agir sur le résultat : cependant passer à tort une immobilisation en charge soulève des risques. En cas de contrôle l’entreprise se verra réintégrer dans son bénéfice le montant total de la charge déduite à tort, et perdra la possibilité de récupérer les dotations aux amortissements non enregistrées.